Le zonta ayant pour habitude de mettre en exergue les femmes, cette soirée consacrait le beau parcours de vie , de femme et surtout de vue, de Cécile mal voyante.

Cette soirée ou nos conjoints étaient aussi conviés fut une  leçon pour nous tous. Accompagnée de son mari, maman  de 3 jeunes enfants et kiné,  Cécile est un exemple d’humanité, de force tranquille, et d’humour.C’est une jeune femmes moderne qui vit « normalement » , autonome , en compagnie de sa désormais fidèle alliée, sa canne jaune. Et quand on lui demande comment elle sait si les portes sont ouvertes ou fermées elle répond: le plus souvent je ne le sais pas, mais  « il suffit d’avoir sur soi en permanence de « l’arnica 5 ch »!

Elle nous raconta sa maladie, sa vie familiale, sa vie professionnelle et les divers ajustements et adaptations techniques  nécessaires.

Ce fut aussi une expérience puisque la dégustation de l’entrée se fit « à l’aveugle » ( les yeux bandés) nous permettant de nous mettre en situation et de ressentir  l’ extrême complexité de se priver d’un sens. Ce fut aussi très gai car les maladresses furent nombreuses, les crevettes non décortiquées avalées, le vin renversé, le saumon mangé avec les doigts et le pain mais ou est-il bon sang!

Un immense merci à Cécile pour cette  « parenthèse enchantée ».